Dragon Productions

29 avril 2011 06h00 | Par M. C.

Soulac‐sur‐Mer

Danse : une star chez Sonia Zur

Maggie Boogaart a bouleversé ses stagiaires, lors d'un stage donné à l'école de danse des Ballerines de la Côte d'Argent. PH. M. C.

La semaine dernière, l'événement a sans doute été trop discret, mais une superstar internationale de la danse contemporaine, Maggie Boogaart, était dans les murs de Soulac, chez Sonia Zur (ex‐ danseuse du Ballet national de Nancy), à l'école de danse des Ballerines de la Côte d'Argent qui accueillait un stage artistique.

Maggie Boogaart, l'un des très rares professeurs agréés par la prestigieuse Martha Graham School à New York City (trois professeurs en France), chorégraphe, danseuse soliste, enseigne la technique Graham dans le Marais à Paris.

D'une rencontre à Paris...
Par quel miracle est‐elle arrivée à Soulac ? Par une relation commune, une élève bordelaise du cours de danse classique de Sonia qui, curieuse de la technique Graham, a fait la connaissance de Maggie Boogaart dans le Marais, et les a mises en relation.

« Sonia est une professionnelle remarquable de la danse classique
et posseÌ€de une rare ouverture d'esprit au treÌ€s haut niveau d'autres formes de danse. C'est pourquoi j'ai accepté de venir. Et aussi pour partager mon amour pour la danse et les énormes bienfaits que j'ai reçus, offrir aÌ€ ces danseuses classiques les bénéfices de la méthode Graham », confie Maggie Boogaart, le temps d'une pause. Un pied dans le plaÌ‚tre, incapable de se déployer totalement, mais au sol ou sur un pied, elle dégage une énergie solaire, indiquant le mouvement du geste et de la parole, respirant, soufflant, contractant le plexus...

« Mange l'espace ! »
« Mange, mange l'espace ! », répeÌ€te‐t‐elle. « La technique Graham utilise la respiration et les contractions pour envoyer l'énergie dans le corps, les rouleaux, les déplacements. La danse classique évite la gravité et utilise l'équilibre vertical ; Graham utilise la gravité, l'équilibre en déséquilibre. C'est treÌ€s animal, sensuel. L'énergie se déplace de la hanche et de la taille vers les bras et les jambes. »

Le dernier cours, vendredi, donna lieu à un moment intense d'émotion. Les stagiaires, les larmes aux yeux, faisant cercle autour de leur professeur pour l'applaudir et la remercier.

Danse classique, éveil à la danse, gymnastique, danse contemporaine avec Patrice Zorzi, théâtre avec le Théâtre du Nord‐ Médoc, ont émaillé la semaine.

© www.sudouest.fr 2011